Historique

UN PEU D’HISTOIRE    

Abbé de l'Epée

  Au cours du 18ème S l’Abbé de l’Epée (1712 – 1789), entendant,  oeuvra  pour une véritable reconnaissance sociale et juridique des sourds. Depuis, cette culture des sourds n’a cessé de se développer en France et dans le monde pour aboutir à l’existence, depuis 1966, de la Confédération Nationale des Sourds de France, laquelle est affiliée à la World Federation for the Deaf (WFD) et depuis 85 à la European Union Deaf (EUD). Dans la même idée, les sourds se sont aussi organisés sur le plan sportif, et la France fut à l’origine de la création de la Fédération Sportive des Sourds de France (FSSF) en 1918 ainsi que de la création du Comité International des Sports Silencieux (CISS) en 1924, (année des JO de Paris), organisation à laquelle la FSSF adhéra de suite. La CISS devint rapidement la International Committee of Sport for the Deaf (ICSD), laquelle fut reconnue comme fédération internationale à valeur olympique par le Comité International Olympique (CIO).

Compte tenu de la particularité du handicap, la CISS met en place une organisation de compétitions à l’échelle mondiale pour les sourds et malentendants dés 1924, répondant au nom de championnats du monde des sourds, appellation devenue Deaflympics avec l’approbation du CIO depuis 2001. Cette  compétition se déroule tous les 4 ans, l’année suivant les JO valides. C’est ainsi que les prochains deaflympics auront lieu à TAIPEI en septembre 2009.

Comme toute organisation mondiale, celle-ci est représentée à l’échelle des différents continents par l’intermédiaire de confédérations régionales. Au niveau de l’Europe, l’ensemble des compétitions européennes est administrée et gérée par EDSO.  Cette dernière avait pour mission d’organiser à Bucarest en août 2008, les 11ème championnats d’Europe des sourds.

Il est à noter que depuis Novembre 2007, la FSSF a intégré la Fédération Française Handisport (FFH) en tant que Commission Sportive des Sourds de France (CSSF). La section tennis de cette CSSF  est placée sous l’autorité administrative et sportive de Pierre Fusade Directeur Technique National de la section tennis de la FFH.

Eugène Rubens-Alcais

Eugène Rubens-Alcais

Né en 1884, il avait comme prénom Eugène-Rubens ; ce dernier prénom a été par la suite accolé à son nom et c'est ainsi qu'a été formé le nom de RUBENS-ALCAIS sous lequel il est connu depuis.

Devenu sourd, il est entré commé élève en 1893 à l'institution protestante de Saint-Hyppolyte-du-Firt. Après ses études, il est monté à Paris rejoindre sa famille.

Très tôt il s'est intéressé au sport. Pendant ses loisirs il s'adonnait à des randonnées cyclistes avec ses camarades sourds et il a été l'un des instigateurs de la création du premier club sportif de vélo pour sourds.

Au début du vingtième siècle, les différents sports se sont développés chez les sourds particulièrement le football et l'athlétisme.

En 1910 a été créé le premier club omnisports, le club sportif des sourds muets de Paris.

Il a été suivi de bien d'autres à Paris et en provience mais il manquait aux clubs français un organisme capable d'assumer la coordination et l'arbitrage au nivea national.

Ce fut Eugène qui lança l'idée d'une fédération sportive des sourds-muets de France et elle fut fondée en 1918.

Bientôt se posa le problème de l'organisation des rencontres sportives internationales. C'est encore le mérite d'Eugène RUBENS-ALCAIS, et par lui de la France, d'avoir poussé à la création d'un comité international du sport pour sourds.

En 1924, grâce en particulier à Eugène, se sont déroulés les premiers jeux internationnaux silencieux. Cinq épreuves y étaient disputées. ces jeux allaient désormais être renouvelés tous les quatres ans.

Cette même année 1924, à l'issue des premiers jeux, a été créé le comité international des sports silencieux, avec comme président Eugène RUBENS-ALCAIS. Celui-ci restera dans notre histoire le Pierre COUBERTIN sourd.

Eugène a eu bien d'autres activités. Il a été également directeur du journal la Gazette des Sourds-Muets.

Il a toujours vécu dans une relative pauvreté et c'est ainsi qu'il est mort en 1963. Ces différents activités ne l'ont pas enrichi et c'est un motif de plus pour honoter sa mémoire.

 

Histoire du Tennis des Sourds et Malentendants

1918 : Création de la Fédération Sportives des Sourds de France (FSSF) par Eugène Rubens-Alcais.

1924 : La France crée le Comité International des Sports Silencieux (CISS) dont le 1er président est Eugène Rubens-Alcais. Cette même année, les 1er Jeux Internationnaux des Sports Silencieux sont organisé à Paris et le tennis est déjà une des disciplines présente. C'est un français, Pierre Rincheval, qui sera sacré 1er vainqueur en tennis de ces 1er jeux qui se dérouleront, par la suite, une fois tous les 4 ans.

1949 : Après la guerre, les Jeux Internationnaux des Sports Silencieux se transforment en Jeux Mondiaux pour les Sourds et Malentendants. Ils se positionnent dans le calendrier 1 ans après les jeux olympiques des valides.

Le CISS Changera de dénomination pour se transformer en International Committe of Sport for the Deaf (ICSD).

2001 : L'ICSD est définitivement reconnue comme fédération internationnale à valeur olympique par le Comité International Olympique (CIO). Les Jeux Mondiaux pour les Sourds et Malentendants deviennet Deaflympics.

2008 : Intégration de la FSSF à la Fédération Française Handisport (FFH)

2009 : Summer Deaflympics à TaÏpie

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×