Handicap

http://www.cdhh.ri.gov/documents/misc/Deaf.jpg

LE HANDICAP

            « Des yeux pour entendre », la surdité, handicap invisible provient de l’altération des capacités auditives de l’individu.

            Lorsque l’oreille externe et moyenne sont touchées (problème de tympan, otite aïgue, problème sur la chaîne ossiculaire), nous parlerons de surdité de transmission.

            Lorsque l’oreille interne est touchée (cochlée et voies nerveuses post cochléaires), nous parlerons de surdité de perception. Celle-ci peut survenir de manière congénitale ou à partir d’une maladie dégénérative amenant une perte auditive progressive dés un jeune âge. Elles peuvent être aussi causées par une exposition à des bruits très forts (barotraumatismes), une prise de médicaments toxiques pour l'oreille (c'est le cas de certains antibiotiques), une fracture du crâne.

Ces diverses causes peuvent alors provoquer une altération de fonctionnement ou une destruction  des cils vibratiles (appelées aussi cellules ciliées) de la cochlée. 

En général, la surdité de perception ne peut pas être soignée par voie médicale, mais elle est souvent et efficacement corrigée par des appareils auditifs.

Il existe deux sortes d’appareils auditifs :

            Les prothèses conventionnelles destinées à amplifier le son : Une prothèse se compose de trois éléments : un micro, le corps de la prothèse, qui adapte le son au type de surdité de l’individu, et un haut-parleur qui restitue le son, sans oublier la pile qui alimente l’appareil. En fonction de l’appareil choisi, celui-ci se place derrière le pavillon de l’oreille ou à l’entrée du conduit ou même dans le conduit de l’oreille.

            L’implant cochléaire : destiné à remplacer la fonction des cils vibratoires de la cochlée et de stimuler le nerf auditif.  Il se présente comme un appareil électronique composé d’un implant interne (plaque métallique placée derrière l’oreille reliée à des électrodes insérées dans la cochlée lors d’une opération chirurgicale) et d’un implant externe (aimant collé derrière l’oreille relié à un boîtier externe ou un contour d’oreille destiné à capter le son et à le transmettre à l’implant interne).

La perte auditive se mesure en décibels.

Pour déterminer le degré de surdité d'une personne, on se base sur les résultats de la meilleure oreille (celle qui a le moins de perte d'audition). Pour cette oreille, on fait alors la moyenne des pertes pour les fréquences de 500, 1000 et 2000 Hertz (majeure partie du spectre de fréquence audible par une oreille). En dessous de 20dB de perte, l'audition est considérée comme normale. Pour le reste, on se reporte à la classification établie par le Bureau International d'Audio-Phonologie (BIAP) :

            Perte de 20 à 40 dB : surdité légère

            Perte de 40 à 70 dB : Surdité moyenne

            Pour information, 60 dB représentent le niveau sonore d'une conversation vive. La parole n'est perçue que si elle est forte. L'enfant présente des troubles du langage et de l'articulation importants.  Entre 55 et 70 dB de perte, les enfants perçoivent la voix forte sans comprendre les paroles : l'ap

pareillage et la rééducation sont alors nécessaires.

         Perte de 70 à 90 dB : surdité sévère

        Pour information, 80 dB représentent  le volume sonore d'une rue bruyante. Certains enfants entendent la voix à forte intensité mais ne comprennent pas les paroles. L'amplification des sons est insuffisante pour qu'il y ait élaboration spontanée de langage intelligible. Ces enfants procèdent par désignation
de l'objet désiré. Pour ces enfants, un appareillage, une rééducation et l'utilisation de la lecture labiale sont nécessaires.

             Perte supérieure à 90 dB : surdité profonde

           Pour information, 100 dB représentent le bruit d'un marteau-piqueur ; 120dB celui d'un réacteur d'avion à 10 mètres. L'enfant n'a aucune perception de la voix et aucune idée de la parole.


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×